L’audio a écouter ci dessus 

 

 

Comment transformer sa peur en ces temps de coronavirus ?

Vendredi 13 mars 2020 – Début d’un cours de yoga
J : Un élève de yoga : Peux tu nous parler de la peur ? 
Aline : Qu’est ce que la peur ?
La peur , c’est tout ce qui bloque c’est tout ce qui enferme  c’est tout ce qui fait souffrir  C’est  ce qui nous maintient  dans l’Immobilité ou bien qui nous fait faire des actes, qui nous fait  dire des paroles ou avoir des pensées qui vont dans un sens très particulier. Un sens  souvent pas très réfléchi, pas très conscient. Et à la fois la peur c’est aussi quelque chose qui peut protéger
 C’est comme le stress. Il y a  le stress positif et le stress négatif.
 le stress positif c’est celui qui nous  fait réagir dans certaines situations dangereuses. Nous sommes par exemple sur le point de traverser la route, et  soudain une voiture arrive comme sortie de nulle part. Soudainement et sans transition, on va sauter sur le trottoir ! Pourquoi ? Par cette peur de se faire  percuter par la voiture !
Le stress négatif c’est celui qui va nous faire croire, imaginer, qu’un danger arrive. Que si je traverse la route, peut être qu’une voiture va arriver ! Ou un chien qui va nous sauter dessus sorti de nulle part, et pourquoi pas un dinosaure !   
La peur c’est exactement pareil . Par exemple , en ce moment, on est dans une période très particulière, Où même les écoles vont fermer, tout va fermer, et ça devient énorme. Que fait on avec ça. Ce dont il est question c’est d’avoir le juste discernement, une des valeurs fondamentales et qui doit être extrêmement présente dans nos vies en ce moment.
Le discernement c’est quoi ?
Si une voiture arrive on saute sur le trottoir, et on ne va pas non plus traverser la route avec un bandeau sur les yeux. On ne va pas prendre sa voiture en étant alcoolisé etc. etc. Actuellement, il est question d’être bien attentif à ce qui se passe et de prendre soin de soi et de l’autre en prenant les mesures justes de protection de santé  La polarité négative de la peur c’est : « Oui mais moi j’ai la foi ! Je ne crains rien ! Viens que je t’embrasse, « moi » je n’ai pas peur ». Ce même genre de réaction à la peur que l’on retrouve dans des circonstances de la vie de tous les jours :  « Je n’ai pas peur, donc je prends ma voiture, en étant alcoolisé ». « J’ai la foi ! » ou « Dieu pourvoira au fait que je conduise sans que rien de fâcheux ne m’arrive » …. dommage, j’ai percuté l’arbre en face de moi, (encore ça, ca ne concerne que moi..) ou pire, la voiture qui arrivait en face et j’ai tué les passagers de ce véhicule  Donc, ce juste discernement c’est de savoir qu’actuellement il y a des choses auxquelles il faut faire attention. Mais …. en paix !
Dans la paix profonde de l’être.. Et dans le fait de prendre soin. ce n’est pas seulement faire attention à ma pomme, moi, c’est faire aussi attention à l’autre, c’est prendre conscience, prendre l’autre en considération. C’est se dire qu’aujourd’hui on ne sait pas trop où on va avec ce sujet de coronavirus.  On peut aussi être un porteur soi même sans même le savoir, C’est donc avoir ce juste discernement, c’est prendre soin de l’autre, mais dans la paix dans cette paix profonde et dans l’amour… Maintenant si la peur, le stress, n’est plus cette juste dose qui nous éveille à faire attention, mais qui nous mène à dépasser la juste mesure ça devient du n’importe quoi.
Parce que c’est récupéré par notre égo, moi moi moi moi , notre deuxième cerveau qui est plein d’émotions, plein de peurs, qui alimente un mental qui ne demande que ça, qui récupère ce package et qui nous emmène dans une démesure, qui nous emmène dans la souffrance, qui nous fait faire n’importe quoi et qui … ah.. au secours… nous coupe de notre cœur.
Hors c’est quoi le sujet aujourd’hui ?
C’est d’allier discernement et l’amour. C’est d’ouvrir notre cœur avec la conscience ..
C’est non pas un cœur qui fait n’importe quoi « je suis accompagné par le divin, donc tout va bien, je ne risque rien » Mais c’est marier l’amour et la sagesse, c’est marier l’amour et la conscience C’est comme ça que des choses peuvent changer. C’est pouvoir poser une conscience dans notre vie et d’ouvrir notre cœur.   Si on arrive à faire ça on va faire un saut quantique dans notre conscience de notre humanité d’aujourd’hui .  Donc…..C’est une belle nouvelle !  Ca veut dire qu’en fait tout ça, ça peut vraiment nous apporter un grandissement intérieur vraiment extraordinaire !
Mais vraiment quelque part… est ce qu’on a le choix ? Est ce qu’on a le choix sincèrement ?  Ben non… On n’a pas le choix .
Et quelque part c’est chouette, car ça nous fait sortir de notre spiritualité tranquille,.. tiède… tiédasse… Tranquille .. « Moi je fais mon petit yoga, ma petite salutation au soleil, je suis accompagné par l’univers » et soudain …. »ah mince ! Qu est ce qui se passe ! Au secours « ! C’est nous faire sortir de tout ce que l’on connaît.  On sort des sentiers battus, on sort du connu.
Mais où est le vivant ?   Où se trouve la vie ?   Où se trouve vraiment le grandissement ?  On ne peut jamais grandir dans quelque chose que l’on connaît, car là on ne fait que répéter, c’est le disque rayé.
On grandit uniquement dans l’inconnu.
Et le sujet actuellement c’est d’aller vers cet inconnu. Et cet inconnu c’est aussi nous permettre de nettoyer complètement notre ardoise mentale, nettoyer complètement nos peurs viscérales, de faire un gros nettoyage et de trouver cette foi profonde mais réelle qui ne demande qu’à s’exprimer aujourd’hui, qui ne demande qu’à se déployer. C’est de pouvoir aller ensemble et non pas de « se protéger de » par « peur de ». C’est d’aller ensemble et avec ce juste discernement et prendre soin de l’autre, de soi, de la nature, du vivant.  Et oser aller vers l’inconnu parce que c’est dans l’inconnu que les choses peuvent vraiment se passer. C’est clair ! On peut y aller, je dirais presque , ….avec joie ! C’est un mot qui peut paraître complètement fou dans ce contexte, dans cette psychose ambiante. Mais c’est y aller avec une joie profonde.
C’est la joie de l’Âme qui peut se dire : « Ah.. enfin .. On va pouvoir peut être enfin passer aux choses essentielles » C’est revenir aux valeurs fondamentales  Ça nous fait sortir de notre spiritualité tiède. On sort des sentiers battus,  ou est le vivant ?? ou se trouve la vie ? On grandit uniquement dans l’inconnu. Et le sujet aujourd’hui c’est d ‘aller dans l’inconnu et aller dans cette foi profonde, réelle, aller ensemble et avec ce juste discernement.
Oser aller vers l’inconnu. C’est là que tout peut se passer.  On peut y aller presque avec joie, avec une foi profonde, la joie de l’âme qui se dit «  on va pouvoir passer aux choses essentielles 
Quelles sont nos valeurs ? Qu’est ce qui au fonds est le plus important dans la vie ? Là il y a tout qui bouge, que ce soit sur le plan économique, financier, social. Mais de toute façon bien sûr que ça bouge puisque le monde est impermanent .
Le monde ne peut pas être autre chose qu’impermanent.
Mais grandir avec ça, avancer avec ça, c’est savoir qu’avec ce grandissement on ne peut qu’y gagner. L’intégrité.  Quelque chose qui peut vraiment nous amener à l’essentiel de notre vie . De toute façon .. on mourra tous …  Vous savez ? Ça aussi c’est quelque chose qui reste un peu fictif dans notre esprit. D’un seul coup on réalise qu’on risque mourir ! Et bien oui de toute façon on va mourir c’est sûr ! Si c’est pas aujourd’hui ça sera peut être dans 40 ans, dans 60 ans ….dans 80 ans (rires).
Alors de toute façon on va mourir. Donc ce dont il est question c’est que pendant ce temps de « vivant » dans un corps physique, on soit intensément vivant. Et qu’on puisse déployer ces valeurs fondamentales , qu’on puisse les vivre. Pas demain… C’est ça que la vie nous amène aujourd’hui , elle nous apporte ce message qui est de vivre pleinement ici et maintenant , tout de suite ces valeurs là.
C’est maintenant où il est question d’être heureux.  C’est maintenant où il est question d’être vivant  Maintenant de déployer ce cœur, maintenant d’aller à l’essentiel.
Et l’essentiel c’est quoi ?  Les petits trucs de surface on s’en fout maintenant, on en arrive vraiment maintenant au fondamental . « Merci mon Dieu, merci la Vie ! ».  Parce qu’autrement on va arriver dans 40 ans, dans 50 ans, ou quand on partira, on y arrivera en ayant vécu comment ? Tiède ? Une spiritualité tiède, une vie tiède ? Parce qu’on aura été pris par « des choses vraiment très impooortantes, hyper impooortantes…. » Et on sera passé à coté de cet essentiel. Et cet essentiel nous dit : Eh bien peut être qu’il y a pleins de gens qui vont mourir, peut être que nous aussi on va mourir… « Ah mais attends … il faut que je vive là ! » Et bien tant mieux. Soyons heureux de ça, fondamentalement heureux. Parce que au fond et c’est ça le message, c’est une vérité au fonds de nous, ce n’est pas une question de croyance, là il n’est pas question d’y croire ou de ne pas y croire, il est question de le vivre, de l’expérimenter : La mort n’existe pas ,
La mort n’existe pas !
C’est quoi, c’est le corps qui change, mais le bébé en nous il est déjà mort, l’enfant est mort en nous, l’adolescent est mort. Là aujourd’hui je ne suis pas ce que j’étais ne serait-ce que tout à l’heure. Effectivement cela peut être compliqué à voir car c’est récent. Mais je n’ai plus rien à voir avec la petite Aline qui était au sein de sa maman … Elle est où cette Aline ? Elle est partie, elle n’existe plus, d’une certaine façon on peut dire qu’elle est morte. Donc de toute façon, la mort n’existe pas, ce ne sont juste que des mutations, des transformations.
Donc, cette peur démesurée, là, il faut la mettre au Feu sacré de l’Amour.
Au Feu sacré de l’Amour …
Et vivre pleinement à partir de cette seconde là. Et, là les choses peuvent changer ,
Parce que si on est nombreux à vivre dans cette dimension là, tout peut se transformer, Vraiment.
Merci d’avoir posé cette question !
De tout coeur avec vous sur la voie,
Meerabaï-Aline